UA-28750215-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/01/2013

Partager ou garder ses privilèges et sa supériorité ?

Nous craignons tous pour l'avenir du monde, de notre pays et aussi pour notre propre avenir personnel. Nous savons que demain ne suivra plus les mêmes tendances, qu'il va falloir, qu'il faut déjà, repenser notre manière de vivre et de partager. Pourtant, nous restons crispés sur nos habitudes et, principalement en France, sur "nos droits acquis". Cependant il faudra bien un jour "lâcher" quelque chose, inventer d'autres manières d'être ensemble à se partager les bienfaits de la terre et de ce que nous produisons. Beaucoup se disent cela mais, dans les faits, ont du mal à agir en ce sens. En ce temps de crise, le repli sur les biens matériels se fait plus rigoureux y compris pour ceux qui se disent ouverts au partage et simplement chez nous, en Europe, où la place des petits pays en voie de développement (Europe de l'Est) sont considérés comme freins et risques de décroissance ! Ce livre nous permet peut-être (je ne l'ai pas lu, je verrai après lecture), d'oser être, faire et dire autrement ?


 


Paru le 3 janvier 2013 aux éditions du Seuil

Hervé Kempf : Fin de l’Occident, naissance du monde

Cessons de nous raconter des histoires sur « la crise » ! Hervé Kempf, dans son nouvel essai paru aux éditions du Seuil prévient : "Regardons de face le cœur du problème qui se pose à la société humaine en ce début du XXIe siècle : les contraintes écologiques interdisent que le niveau de vie occidental se généralise à l’échelle du monde. Il devra donc baisser pour que chacun ait sa juste part. Autrement dit, l’appauvrissement matériel de l’Occident est inéluctable".

Références : Fin de l’Occident, naissance du monde de Hervé Kempf - Editions du Seuil - Date de parution 03/01/2013 - 156 pages - Prix public : 15.00 €

Comment allons-nous vivre cette mutation : en changeant nos sociétés pour nous adapter au mieux à ce nouveau monde, ou en nous opposant au sens de l’histoire, au prix d’un déchaînement de la violence ?

Déjà en cours de traduction dans plusieurs langues, ce récit phosphorescent d’idées originales prend comme fil conducteur les tribulations de l’humanité depuis son apparition sur terre. Captivant et à rebours du discours dominant, il nous invite à une dérangeante lucidité. Mais ce livre est également habité par un optimisme communicatif : oui, un nouveau monde est possible.

Six idées fortes sont exposées dans ce livre :

  • Appauvrissement matériel : les pays riches doivent s’organiser pour réduire leur consommation matérielle et énergétique.
  • Espace écologique : la clé géopolitique du XXIe siècle sera le partage de l’espace écologique planétaire.
  • Bio-économie : l’économie va se structurer en fonction de l’utilisation économe des ressources bio-écologiques.
  • La force paradoxale de l’Europe : l’Europe a l’avenir devant elle. Parce qu’elle est plus sobre, plus juste et moins agressive que les autres superpuissances. Sa faiblesse fait sa force.
  • Le retour des paysans : les paysans vont redevenir une des couches sociales les plus indispensables et les plus porteuses d’avenir – et d’abord pour créer de l’emploi.
  • Réduire les inégalités : une diminution drastique des inégalités, tant à l’échelle mondiale qu’au sein de chaque pays, est indispensable pour parvenir à l’équilibre écologique.

Avec ce livre, Hervé Kempf, chroniqueur au journal LE MONDE, poursuit un travail de synthèse et de renouvellement de l’écologie politique, qui rencontre la faveur du public, en France et à l’étranger. Récemment : Pour sauver la planète, sortez du capitalisme (2009) et L’Oligarchie ça suffit, vive la démocratie (2011). Hervé Kempf anime également le site Reporterre qui "veut être le forum de tous ceux qui imaginent le nouveau monde, un monde où l’on arrêtera de détruire l’environnement et qui retrouvera l’idéal de la justice".

 

Ce qu’en disent les médias :

- Jean-Jacques BourdinRMC : "Un livre passionnant".

- Laure Noualhat, France Inter : "Le propos est absolument limpide, ambiteux, logique".

- Jean-Marie DurandLes Inrockuptibles : "À la fois sage et révolté, Hervé Kempf nous rappelle qu’un nouveau monde a commencé mais que nous n’en avons pas encore pris suffisamment la mesure. Reliant entre eux tous les enjeux sociaux et écologiques qui nourrissent les tensions géopolitiques, il invite à modifier la répartition des revenus et de la richesse collective, autant qu’à transformer nos modes de consommation et de production. Nous n’avons pas d’autre choix que de maîtriser dans un même geste politique l’équité et les équilibres écologiques et biosphériques. Saurons-nous accepter l’avènement du biolithique, c’est-à-dire réinventer un monde en accord avec les rythmes du vivant et les ressources de la Terre ?"

tiré de l'article de newsletter Cdurable


Les commentaires sont fermés.