UA-28750215-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/10/2012

Réjouissons-nous !

Quoiqu'on dise, l'humanité est encore en marche.

Des événements nous montrent que le dialogue, le partage, l'échange sont encore de mise sur cette terre


Les médias nous serinent sans arrêt et avec moult détails, les guerres, le terrorisme, l'islamisme radical, les violences urbaines, etc. Chacun devient alors craintif, agressif même de peur de se faire agresser ; la psychose gagne même les gens sensés et modérés. Chacun se ressent comme prisonnier dans une société qui a basculé dans la violence, avec toutes les formes possibles et même inimaginables (violences physiques, torture, corruption à grande échelle, mafia, spéculation outrancière, attentas, assassinats, violences morales, colonisations forcenées, chômage, paupérisation, etc...) !

Pourtant, d'autres événements se passent, sans bruit médiatique et sans bruit tout court, car ils se vivent au naturel. Ils suivent l'ordre normal des choses humaines quand on est humain.

Permettez-moi de vous raconter une histoire, un bel exemple d'humanité retrouvée 

Sète, le samedi 20 octobre 2012 ; la paroisse Ste Thérèse fête sa patronne comme tous les ans, mais cette fois-ci, différemment. La messe, le soir avec la communauté paroissiale élargie puis un apéritif offert à tous les présents ; ensuite, ceux qui le souhaitaient et avec inscription restent au repas dans la grande salle attenante à l'église. Conviée par une amie, j'étais présente à cette fête bien que non pratiquante, mais quelque chose me poussait à venir ; j'ai vite compris pourquoi :

Le repas est préparé par la communauté musulmane et un thé à la menthe, très apprécié, est servi en guise d'accueil, suivi d'un bon couscous bien garni. Ambiance sympathique, même familiale. Pendant le repas musique, un pianiste, un accordéoniste et, à la fin danses ! Mr le Curé dont le coeur se voit dans ses yeux, danse avec une jeune, la fille de l'Imam. Ce même Imam lui aussi, danse avec une vieille dame, la plus âgée, 92 ans, qui trouve cela fort à son goût et entraîna sa voisine à poursuivre ; des rires, des bravos, la joie simple des gens heureux d'être ensemble, la joie toute simple, le partage tout simplement mais réellement. Et la soirée continue ainsi.

Cela me rappelait les kermesses paroissiales vécues dans ma jeunesse, dans les années cinquante, dans ce petit village de Seine et Marne et animé par le curé de campagne. Le soir il organisait une "sauterie", ceux qui avaient quelques disques les amenaient, c'était rare à cette époque ! Je retrouvais samedi cette même ambiance fraternelle, familiale, la simplicité et l'authenticité des rencontres.

Ceci semble bien terrestre pour une fête paroissiale, direz-vous peut-être ! Oui, nous sommes des humains sur cette terre et la rencontre passe par des moments comme celui-là, des bons instants passés ensemble avec nos joies terrestres qui lient les coeurs. Mais bien plus encore, nous étions tous en conscience de ce qui se passait, l'inverse de tout ce que l'on nous raconte partout et sur toutes les ondes, conscients de vivre un moment exemplaire et fort d'humanité, et que nous n'étions sans doute pas les seuls, quelque part ailleurs aussi, certainement d'autres célébrations d'humanité apaisée et confiante.

Et, volontairement je garde le meilleur pour la fin, avant le repas, alors que nous étions tous attablés, Mr le curé demande notre attention, silence et recueillement ; un jeune catholique accompagné d'une jeune musulmane portent ensemble, une colombe blanche en terre ramenée de Palestine par le prêtre Friout, une bougie y dégageait sa flamme ; ils la portent en procession et nous la présentent. Silence, puis une volée de bravos, oui, nous sommes unis dans nos différences. Etaient également présents à cette soirée des représentants des communautés protestante et juive. Tous les cultes présents à bavarder, rire, manger et danser ensemble, conscients de ce qu'ils vivaient, les joies terrestres qui relient les coeurs et la joie spirituelle qui relie les âmes entre elles.

Les commentaires sont fermés.