UA-28750215-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/07/2012

La beauté apparaît à celui qui sait regarder, observer

Hier, balade au Jardin des Tuileries pour voir l'exposition de photographies de Ahae, artiste Coréen, intitulée "de ma fenêtre" jusqu'au 23 juillet

Je vous invite à faire le détour ! En plus de la beauté des images et des scènes qui nous sont offertes, apparait un nouveau regard, l'attention aimante, l'observation, la proximité intime avec ce qui se passe devant une fenêtre au cours des jours, des mois, des saisons ! ....

En sortant de là et dans le TGV qui a suivi, je ne lâchais pas mon regard de la campagne qui défilait devant moi avec le sentiment d'avoir reçu tout à coup " de grands yeux", plus grands et plus ouverts que d'habitude !

Merci Ahae, de nous apprendre à voir


 

 

De ma Fenêtre, photographies d'Ahae

du 27 juin au 23 juillet 2012

De ma fenêtre est la première exposition personnelle d'Ahae à Paris. Sur plus de 1000 m2, dans une galerie spécialement conçue pour l’occasion, l’exposition présentera les oeuvres du photographe coréen en très grands, grands et moyens formats. 
Destinée à tous les publics, entièrement gratuite et ouverte de 10h à 22h, l’amateur de photographie comme le flâneur du Jardin des Tuileries peuvent découvrir un regard sensible aux mille-et-une variations d’un même paysage vu d’un même point de vue : la fenêtre du studio d’Ahae. Cette galerie d’exposition accueillera également un programme de lectures et de concerts tout au long de son mois d’ouverture.
Ahae a vu le jour en 1941 à Kyoto, au Japon, où sa famille avait été déplacée pendant la période de colonisation japonaise de la Corée. Il retourne ensuite définitivement dans sa patrie, dans le sud de la péninsule coréenne, à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Jeune, il débute son éducation artistique par le dessin et la peinture pour se mettre bientôt à la sculpture, passant aussi maître dans l’art de la fabrication des masques. Depuis les années 1970, Ahae se passionne pour la photographie. Ces vingt dernières années, il est allé à la recherche de terre où il pourrait mettre en pratique son concept de style de vie écologique, centré sur le lien étroit entre protection de la nature et agriculture biologique. Dépositaire de milliers de brevets et marques, ainsi que lauréat de plusieurs prix d’invention, Ahae supervise deux plantations biologiques de thé.
Il y a deux ans, Ahae a inauguré une démarche singulière et inédite : prendre toutes ses photos de la même fenêtre de son studio. Depuis lors, il est désormais à sa fenêtre tous les jours, qu’il pleuve ou qu’il vente, pour enregistrer tous les éléments et spectacles de la nature qui retiennent son attention. Ahae prend en moyenne entre 2 000 et 4 000 photographies par jour. Produire un million de photographies en deux ans à travers une seule fenêtre : c’est là un projet que personne n’avait encore réalisé, ni même tenté. Ahae n’a du reste recours à aucun éclairage artificiel, ni mise en scène, ni manipulation postérieure, ce qui rend son projet encore plus extraordinaire.
Saisissant le passage du temps et la beauté de la nature autour de lui, Ahae exprime à travers les photographies qu’il expose un message clair : ouvrez les yeux, regardez la nature autour de vous, et faites votre possible pour la protéger, pendant qu’il en est encore temps. À travers ces oeuvres photographiques, nous percevons non seulement l’artiste, mais aussi l’amoureux de la nature. Depuis avril 2011 à New York jusqu’en juin 2012 au Louvre, en passant par Londres, Moscou et Venise, Ahae présente ses oeuvres au plus grand nombre pour diffuser son propos le plus largement possible. Comme l'artiste prend un nombre impressionnant d’images dans une même journée, il a fallu créer une unité de traitement pour faciliter l’archivage de ce flux constant de photographies.
Toutes les photographies de la collection Through my Window (De ma Fenêtre) ont été prises avec des appareils numériques de pointe. Des téléobjectifs hauts de gamme à longue portée ont servi à prendre la plupart des photographies d’animaux de la collection, tandis qu’une série d’appareils photographiques de format moyen a été utilisée pour les paysages.

Les commentaires sont fermés.